Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'enfant-adulte

L’être humain évolue selon un cycle naturel de la naissance à la mort : l’enfance, l’adolescence, l’âge adulte. Le bébé tant adulé grandit, puis vieillit. On dira que c’est l’ordre des choses. Toutefois est-on certains qu’être adulte impose une barrière, la fin d’un état infantile et insouciant. Devenir adulte, c’est abandonner son innocence, arborer un état d’esprit stable et réfléchi au détriment d’une spontanéité rafraîchissante. Nous enfouissons, pour le bonheur d’autrui, au plus profond de nous-même, toute la magie de l’enfance.

Subsistent quelques objets fétiches que nous cachons, honteux de posséder encore ces choses puériles. Pourvu que l’on nous voie comme des adultes, sages et déterminés, conscients à tout moment des épreuves que nous réserve la vie, cette vie que l’on doit aborder avec sérieux.

Voilà le mur que l’on érige, entre ses deux phases nécessaires : la conscience, la responsabilité et la raison. L’adolescence témoigne de cette prise de conscience forcée, où les choix se multiplient, où les désirs d’adultes s’accumulent. Toute la difficulté réside dans l’abandon de l’enfance puisqu’on nous répète sans cesse que les choix et l’insouciance sont incompatibles.

L’humain est si complexe qu’il s’inflige des étapes et des droits de passage. Les épreuves que l’on connaît dans certaines tribus diffèrent peu de notre civilisation. Un rite est nécessaire pour « devenir un homme », pour devenir un adulte. Tout n’est que pure illusion. Comment, justement, l’esprit si complexe de l’être humain peut-il réellement s’affliger pareille difficulté ? Il pervertit son âme par le biais de futilités. Il se leurre, ment aux autres par cette étrange imposture que tout le monde arbore : l’apparence de l’adulte, l’intrigante contenance que l’on adopte ou que l’on se force à avoir.

Tout n’est que mensonge. Si l’adulte faisait des choix plus judicieux que l’enfant, le monde devrait être plein de sagesse et de tolérance. On ne peut définir l’enfant puisque les caractères se forgent par l’éducation et au contact d’autres enfants qui eux-mêmes subissent une éducation. « Quand tu seras grand… », « ne fais pas l’enfant… », « ne soit pas si capricieux… ». Depuis quand l’envie, les pulsions et la réflexion sont l’apanage du monde adulte ?

L’adulte est l’enfant qui s’interdit les choses non conformes, ne répondant pas aux normes de la société, profondément irraisonnables. L’enfant choisit de toucher, de sentir et de jouir de ce qui l’entoure, tandis que l’adulte est un éternel frustré, armé d’hypocrisie, déguisé en personne avertie.

L’éducation prend en compte la distinction entre le bien et le mal mais l’adulte n’est-il pas souvent ambigu envers ces deux notions. Nous ne sommes ni adultes, ni enfants. La limite est définie par ceux qui se disent responsables. Elle n’est franchie que lorsque ces derniers le décident : « à présent tu es adulte ». Aucun Homme n’a vraiment le choix de son évolution.

L’adolescent est déchiré entre la difficulté qu’il éprouve à abandonner les plaisirs de l’enfance et son désir de découvrir les joies d’être adulte, de posséder enfin ce que ses parents semblent apprécier tant. Le désir charnel et la possession sont le privilège de l’adulte, celui qu’on déconseille à l’adolescent, déjà en proie à ces sentiments. Les idées fusent, sont confuses, se contredisent. L’adulte qui a su rester enfant ou adolescent n’admet pas cette contradiction. Il s’égare, son esprit se perd et s’acharne à penser qu’il ne peut grandir et voir sa vie devenir plus riche en émotions, en amour et en sagesse. Tout cela appartient au monde adulte. On lui a tant répété.

Cette vision réductrice de l’être humain est pourtant une réalité plus proche du ridicule que le fruit d’une réflexion censée et approfondie. L’âme n’a pas d’âge. Voilà une vérité. Seul le vécu de l’individu fait que cette vérité est altérée, aux dépens de personnes perdues, oppressées par des convictions inébranlables.

L’évolution positive de l’homme réside-t-elle dans la retenue ou bien dans sa capacité à affronter le monde avec des yeux d’enfant ?

 

Les commentaires sont fermés.